Freedelity  - Derniers blogs actifs  - Liste des blogs  -
Utilisateur   Mot de passe  
Webmaster
Suivez l'actualité de Freedelity en direct. Abonnez vous dès maintenant à notre flux RSS, à notre page facebook et à notre feed Twitter!
Episode 32 - Et si on achetait des poires?
Publié le 12/08/2014 @ 08:00:00 dans la catégorie Chroniques
Ce matin, en lisant les brèves comme je le fais chaque réveil, ce qui d'ailleurs me suffit amplement en quelques minutes de réveil et de déjeuner pour savoir ce qu'il se passe dans le monde (comparé à la messe du soir, optimisons, optimisons), je lis avec amusement que la vente des poires a doublé ces derniers jours. La raison est simple, suite à un embargo, les producteurs ont lancé un appel au "belgo belge", et les consommateurs belges ont répondu positivement.

Cela semble stupide dans un premier temps, et pourtant, ce débat avait déjà été largement écrémé entre amis. D'un côté on s'offusque de conditions de productions pour certains secteurs, ou de la délocalisation de certaines usines, de l'autre lorsqu'on achète on oublie aisément que notre comportement au jour le jour a un impact énorme sur toute la chaîne derrière.

Plus jeune, j'ai acheté une partie de mon alimentation dans des magasins bios. Par obligation pour certains aliments que l'on ne trouvait à l'époque que chez eux, pas plaisir par la suite, mais il y avait une restriction de choix, et économiquement ce n'était pas toujours faisable. Abandonner le bio pour autant? En fait, pas vraiment, avec les années la grande distribution a commencé à intégrer une partie de ces produits et la différence de prix pour certains produits est tellement minime qu'un choix responsable peut être posé. Le mot est lâché, l'achat responsable.

Il est hors de question de priver mes enfants de friandises, de me priver de certaines boissons, ou de produits industriels qui me conviennent parfaitement, mais quand je fais les courses j'essaie de penser à l'impact des produits achetés sur mon environnement local. Pas besoin de remplir mon caddie de produits bios, de produits belges, mais si chaque personne fait attention à 5% de ses achats en préférant un produit local, cela a des conséquences énormes pour toute l'économie locale. Et même si je ne connais pas mon voisin fermier, ou le producteur namurois de fraises, il ne faut pas beaucoup de temps pour comprendre qu'il est plus intéressant d'un point de vue emploi et transport d'acheter un produit local.

Ce constat, je ne suis pas le premier à le tirer, un de nos clients l'a fait, D'ici à Naninne, qui propose 50% de produits en provenance de moins de 50km. Si nous avons réussi à finalement imposer une information de comparaison de prix sur les étiquettes en supermarchés, une signalétique locale pourrait être un facteur aidant à l'acte d'achat. Idéaliste, je tends à espérer que cette initiative continuera à se développer, et que nous pourrons facilement mixer les habitudes de nos aïeux qui allaient chercher le lait à la ferme avec nos besoins de rassembler tout ceci sous un seul toit pour économiser du temps.

Ce soir, je mangerai donc une poire, belge, sans volonté de protectionnisme, sans penser à la crise en Ukraine, juste pour le plaisir de manger un produit de la région. Et quand j'aurai fini ma poire, je rêverai que nos enseignes poussent les gens à ce type de comportement, en utilisant par exemple... des outils de fidélité?

Sébastien
Copyright © Freedelity SA, tous droits réservés