Freedelity  - Derniers blogs actifs  - Liste des blogs  -
Utilisateur   Mot de passe  
Webmaster
Suivez l'actualité de Freedelity en direct. Abonnez vous dès maintenant à notre flux RSS, à notre page facebook et à notre feed Twitter!
Episode 18 - Tu entreprends, je te déteste
Publié le 07/02/2014 @ 21:00:00 dans la catégorie Chroniques
Après l'hypocrisie, je vous suggère de faire un petit tour d'horizon sur un autre sentiment souvent rencontré dans la vie d'entrepreneur que nous expérimentons: la haine. Que ce soit de la haine purement mal placée, de la jalousie ou de l'incompréhension, nous avons rencontré le tout en quelques années à notre plus grand désarroi les premières fois. Mais, pourquoi?

Pourquoi, c'est une bien bonne question. Avant tout, je ne voudrais pas avoir l'impression de dépeindre un tableau horrible sur notre civilisation, notre pays et nos mentalités. Nous avons rencontré des centaines de personnes positives, enthousiastes, qui nous aident à différents niveaux et qui parfois s'approprient d'une manière ou d'une autre ce que nous réalisons pour reprendre ce combat de tous les jours.

La haine, donc?

Lors de notre lancement, nous avons reçu énormément de réactions. Souvent positives, nous avions dans le lot une petite poignée d'intervenants qui n'ont pas hésité à prendre la plume pour nous témoigner à quel point ils détestaient notre idée. Certains n'allant pas par quatre chemins en allant même jusqu'à nous annoncer "nous combattre jusqu'à leur mort". Certes, la première fois, c'est troublant, surtout que nous n'avons pas envie d'un malheur pour ce pauvre homme, mais aussi parce que ce projet entrepreneurial n'est en rien destiné à porter préjudice à une personne en particulier. Un projet comme celui-ci a comme ambition de rendre service, et de développer un éco-système qui l'entoure, d'où peut donc venir cette animosité.

Avec les années, et les témoignages qui se multiplient à raison de 1 ou 2 par mois, on commence finalement à comprendre, sans pouvoir le justifier. En effet, notre projet semble toucher les gens dans leur quotidien, dans les actions qu'ils décident, au jour le jour. Et, le simple fait de troubler ce quotidien et cette routine, par un nouvel éco-système, semble créer chez ces personnes un sentiment de rejet duquel découle une haine viscérale à notre sujet. Infondée probablement, mais très viscérale.

L'individu est lié à son activité

Un deuxième comportement est arrivé plus tard à notre connaissance, la haine de nos personnes et de certains de nos employés. Mais ... pourquoiiiiiii? (Non, pas parce quuuueeeeeee).

Dans la tête de certaines personnes, la profession d'un individu le caractérise pleinement. Si je déteste les dentistes parce que j'ai peur de la molette, si je rencontre un dentiste dans un restaurant dans un cadre privé, je me dois de le détester. Cela vous semble idiot, non? Et pourtant, cela nous arrive. Il y a une volonté de réduire les personnes à leur activité, et il semble impossible pour une partie, même intelligente, de la population de dissocier la personne physique de la personne morale. Et pourtant, c'est la première chose que l'on apprend à un entrepreneur, devenir un bon schizophrène.

Est-ce de la bêtise? Est-ce de la jalousie? Un peu des deux je suppose, et le fait de faire un amalgame entre les différentes parties de la vie d'une personne simplifie la situation et la possibilité de le haïr pour toute une série de raisons.

La haine doit s'exprimer

Au final, la réponse à la haine doit être l'écoute. Car, même si certains nous maîtrisent, le fait de les écouter et d'essayer d'adresser leurs craintes, en ayant une réponse humaine et compréhensive, fait souvent retomber la pression. Certes ce n'est pas toujours amusant ni facile de répondre avec calme aux gens agressifs, et parfois aux cons aussi il faut avouer. Mais c'est probablement dans la gestion de l'adversité que l'on reconnaît la qualité du support, ou du management d'une société.

Cela me refait penser à une grosse mise en production. Comme toute mise en production, il y a des choses imprévues, par le client, et par nous. Est-ce que le client nous juge sur le fait qu'un détail ait été oublié? (par lui ou non soit disant en passant). Non, à la fin de journée, le client sera heureux si on a montré son professionnalisme et que l'on a trouvé une solution, ou du moins entamé des pistes pour les trouver dans des délais raisonnables.

Sébastien
Copyright © Freedelity SA, tous droits réservés