Freedelity  - Derniers blogs actifs  - Liste des blogs  -
Utilisateur   Mot de passe  
Webmaster
Suivez l'actualité de Freedelity en direct. Abonnez vous dès maintenant à notre flux RSS, à notre page facebook et à notre feed Twitter!
Episode 9 - La relation avec la presse
Publié le 13/11/2013 @ 10:00:00 dans la catégorie Chroniques
La presse, souvent négligée par les petites sociétés, est pourtant une source importante de notoriété et il ne faut pas non plus nier, de publicité. Publicité vous avez dit? Oui, car même si un article est parfois un petit peu négatif sur votre projet, cela n'en reste pas moins une source de connaissance pour vos éventuels prospects, et c'est à vous d'en gérer les retombées et d'y réagir.

Pourquoi la presse?

J'allais écrire "pourquoi utiliser la presse", mais je suis certain qu'en écrivant cela j'allais déclencher une petite levée de boucliers, et pourtant, c'est bien ce terme qu'il faut évoquer quand on parle de la presse. Il faut savoir que contrairement aux idées reçues, une grande majorité d'articles dans la presse, en dehors des faits divers, est déclenchée par une publication qui vient directement des entreprises. Les articles sont inspirés d'une manière ou d'une autre de communiqués, plus ou moins inspirants pour les articles suivant les médias.

Qu'écrire?

C'est un jeu complice entre les médias et les entreprises, les premiers continuant à vanter leur absolue objectivité, et les deuxièmes essayant autant que faire se peut de communiquer de la manière la plus efficace possible pour que les rédactionnels proposés finissent publiés d'une manière ou d'une autre, en gardant la plus grande partie du message. Il ne faut donc jamais négliger ce point quand vous réalisez un communiqué et quand vous parlez à la presse, et il faut parfois oublier ce que vous voulez absolument qu'ils écrivent pour vous concentrer sur ce qu'ils veulent entendre et qui pourra faire un article intéressant pour leur audience, cela vous permettra de mieux gérer ce qui est dit sur vous tout en maximisant vos chances d'avoir de la visibilité. Un petit jeu de chat et de souris, dans lequel personne n'est dupe.

Si vous mettez mes dires en doutes, regardez sur certains médias (dont informaticien.be pour la petite pub en passant), et regardez ensuite la presse spécialisée ou le journal télévisé. Nul doute qu'à force de persévérance, vous verrez certains articles relayés quasi tels quels par de grands médias. Chaque média a d'ailleurs sa préférence, si l'on prend l'exemple de la RTBF, des sujets sécuritaires seront souvent abordés dans la journal alors que si vous vous adressez à L'Echo, vous aurez plus intérêt à aborder un angle plus économique. Encore ici un petit conseil intéressant: pour chaque média n'oubliez pas leur cible, et imprégnez vous de leur ligne éditoriale avant d'essayer vainement d'y être cité, cela permettra un meilleur taux de réponse, et tout le monde sera gagnant.

Comment gérer une crise?

Avant de paniquer, sachez tout d'abord qu'en cas d'inexactitude, vous avez un droit de réponse. C'est prévu par la loi belge, et toute publication devra vous donner la même visibilité pour votre droit de réponse qu'il n'en a été donné pour l'article originel. N'en abusez pas si non nécessaire, parce qu'après tout, vous aurez besoin à long terme de cette profession, et il vaut mieux que votre relation avec la majorité d'entre eux soit au beau fixe plutôt qu'à la confrontation.

En cas de crise grave, prenez tout d'abord un petit peu de temps pour réfléchir à la réponse adéquate à apporter. Pas de rush inutile dans un communiqué à moins de crise majeure; vous devez d'abord penser à essayer de maîtriser le message. Une fois votre choix effectué, souvent la réponse par communiqué, vous pourrez l'envoyer aux rédactions concernées, et pour vous assurer une visibilité minimale le publier sur votre site, idéalement dans une section presse, ainsi que le faire relayer par l'agence belga moyennant finance (dans les communiqués).

Comment les aborder?

Il existe plusieurs moyens. Le premier, le plus simple, est d'utiliser une société externe de relations presse. Il en existe des dizaines comme LVT, Outsource, etc. A vous de trouver votre interlocuteur et de discuter les tarifs. De ce fait, si vous n'avez pas de volonté de communiquer à long terme, vous pourrez profiter à chaque fois du réseau établi par ces agences, et des relations personnelles qu'ils ont avec les journalistes, bien que cela ne vous assure aucun retour.

La deuxième solution est de le faire vous même. Ce n'est pas insurmontable, et si vous espérez tenir sur du long terme ce n'est certainement pas un mauvais exercice. Il vous faudra donc écrire votre communiqué et trouver à qui l'envoyer. Vous avez la première possibilité payante, via le site belga media releases, ou de consulter par vous même les publications qui vous intéressent pour ensuite envoyer un email personnel à chaque journaliste. Cette deuxième solution est fortement à préférer, car au moins un contact sera établi et ils pourront revenir vers vous pour plus d'informations si le sujet que vous proposez les intéresse.

Une fois le sujet "dans la nature", vous voudrez le suivre. Il existe deux solutions au moins à citer, la première étant le site "mention.net" qui propose un premier service de monitoring gratuit. La deuxième étant le service d'auxipress: sur base d'un abonnement payant, vous recevrez chaque jour les articles parlant de votre entreprise sur base de quelques mots-clés. Cela va sans dire qu'un tel service est indispensable dans une entreprise.

Comment faire parler de vous?

Bonne question... et il n'est pas évident d'y répondre facilement. Il existe de nombreuses techniques, mais souvenez vous toujours qu'une communication fondée sur du vent se retournera toujours sur vous, que ce soit via la presse ou via les contacts que cela générera. Il faut donc tout d'abord avoir quelque chose de réellement intéressant à dire. Et essayez de vous mettre à la place d'un lecteur avant de penser que votre révolution est un sujet intéressant, bien souvent ce n'est malheureusement pas le cas.

Reste deux possibilités bateau à vous expliquer. Le premier étant le sujet subversif. Difficile à maîtriser, un sujet de société avec quelques scandales possibles sera certainement relayé, mais attention aux retombées et à la manière dont sera traité le sujet, aucune garantie n'est possible mais la visibilité sera aussi maximale. C'est sans le vouloir à notre démarrage que nous avons été placé dans cette catégorie, le mélange privé/public n'ayant pas été apprécié par la presse alors qu'il était pourtant prévu par le pouvoir politique (et qu'il est apprécié par la population). D'expérience, cela nous a donné une grande visibilité très rapidement, mais cela a également effrayé quelques prospects, cela n'est donc pas forcément toujours positif et facile à gérer.

La deuxième possibilité très appréciée des médias, ce sont les sondages. Difficile à réaliser d'un point de vue coût et sur l'investissement temps par ceux-ci, si vous réalisez un sondage sur votre technologie il y a des chances d'avoir quelques retombées. Les chiffres étant utiles, l'enrobage lui étant modifié suivant le média. Si vous voulez lancer un site pour les couples divorcés pour la garde d'enfant, réalisez un sondage sur le nombre de personnes mono parentales et sur les problèmes rencontrés, si vous voulez vous lancer dans un site pour des domiciliations, pensez à ce qu'une entreprise peut économiser et au nombre d'entreprises qui les utilisent aujourd'hui. Etc, etc. Oubliez que ces informations doivent venir d'un travail d'investigation, réalisez le et fournissez un maximum d'information, si le média qui s'intéresse à vous à les moyens de réaliser une contre analyse tant mieux, mais la plupart d'entre eux n'aurons malheureusement pas les moyens de le faire.

Et on y gagne quoi, finalement?

Finalement, pas grand chose. Certains ont pensé autour de nous sur d'autres startups que la publication d'un article sur eux en première page du soir, de l'echo ou d'un autre média était l'aboutissement. Ce n'est en fait que le début. Un bon article débouchera certes sur quelques contacts, ou il vous aidera à finaliser certains contrats grâce à la notoriété obtenue, mais n'oubliez jamais que cela est très éphémère, et il y a très peu de chance même en passant au journal que votre téléphone sonne sans arrêter le lendemain. Tout au plus quelques appels, mais la semaine suivante vous serez de nouveau seul avec votre équipe sur la route.

Ne voyez donc pas la presse comme un but, mais comme un moyen de parfois communiquer sur vos produits, et ne soyez pas frustrés si l'on ne parle pas de vous, cela se passera naturellement plus tard si votre projet décolle. N'oubliez pas non plus que vous avez affaire à des êtres humains, qui bien que parfois ont beaucoup de pouvoir, sont curieux de savoir tout simplement. Evitez donc une communication fermée, cela ne vous servira pas à long terme.

Sébastien
Copyright © Freedelity SA, tous droits réservés