Freedelity  - Derniers blogs actifs  - Liste des blogs  -
Utilisateur   Mot de passe  
Webmaster
Suivez l'actualité de Freedelity en direct. Abonnez vous dès maintenant à notre flux RSS, à notre page facebook et à notre feed Twitter!
Episode 2 - Les premiers pas
Publié le 27/08/2013 @ 00:00:00 dans la catégorie Chroniques
Le premier business plan

Dès que l'idée de départ était lancée, Marc a permis à Freedelity d'avoir une image d'interface simple, ergonomiquement efficace, et les premières versions se sont succédées au fur et à mesure de la confrontation de notre idée avec le monde extérieur. Si il y a bien d'ailleurs une chose que tout entrepreneur doit apprendre, c'est à partager son idée pour la faire évoluer, dans la tête de l'entourage, des amis, des collègues et de conseillers afin d'essayer de la rendre plus réaliste.

C'est d'ailleurs ce que nous avons fait en demandant de l'aide après quelques semaines seulement à Solvay Entrepreneurs, chez qui l'on remercie chaudement Valérie Gaudier et Philippe Buck. Quelques semaines à confronter notre idée, révolutionnaire dans notre tête, avec des personnes plus proches du marché et qui nous ont largement aidé à comprendre certains concepts.

Après quelques mois de discussions, nous avions finalement un concept tangible, une infrastructure qui tourne, et un premier business plan.

Les rencontres

Si il y a bien une chose à laquelle un entrepreneur doit faire attention, ce sont les rencontres. Je ne parle pas ici d'une soirée dans un café ou de la personne assise à côté de vous dans le tram, et encore bien, mais plus des personnes que l'on rencontre tout au long de notre cheminement. Si il y a bien une chose importante à chaque instant, c'est de garder un esprit absolument ouvert et essayer d'éviter de se refermer à la première critique ou contrariété.

Notre passage chez Solvay Entrepreneurs en est un premier exemple, il fait suite à un meet & match organisé par l'Infopôle, auquel j'allais j'avoue avec un peu les pieds de plomb. Et bien que j'y recherchais des informations sur les aides de la région wallonne sur l'emploi. Au final, bien que reparti avec quelques informations, j'y ai rencontré une personne du réseau EEN (et in extenso de Solvay Entrepreneurs) dont je n'avais jamais entendu parler et qui m'a proposé un rendez-vous pour expliquer le projet. Rencontre absolument cruciale, dénuée de tout intérêt direct de l'interlocuteur, cela aura été un des déclencheurs.

Après ce passage chez Solvay Entrepreneurs, il fallait nous confronter une première fois aux "cruels" investisseurs, pour voir ce que l'idée inspirait. Et nous avons donc arpenté quelques chapelles à la recherche d'une validation, et de premiers fonds, ce qui vu le concept non conventionnel à l'époque était loin d'être gagné.

Au détour d'une conversation, il se fait donc qu'on mentionne un nom de Business Angel, nom qui sonne dans mon oreille d'une manière particulière. En effet, presque 10 ans plus tôt, j'avais fait des pieds et des mains pour avoir un stage dans la société qu'il dirigeait, parce que c'était une "startup web", et qu'à l'époque en sortie d'études c'était difficile à trouver contrairement aux postes, ennuyants à mes yeux, de consultance. Des postes bien payés c'est un fait, mais qui n'apporte pas l'excitation ni le challenge de la création de votre propre projet.

Arrivé donc chez ce Business Angel, son avis était moins consensuel que les coachs rencontrés jusqu'ici, mais à force de discussions, il nous aura permis de comprendre que de penser imposer une idée sur un marché n'était pas forcément aussi évident (et bien que rétrospectivement, après quelques années certaines idées sur lesquelles nous nous sommes "battus" à l'époque nous auraient donné raison :wink: ). Peu de rencontres néanmoins après, il embarquait dans le navire et devenait notre premier "believer".

Les premiers "believers"

Savoir abandonner son projet, une chose bien difficile, mais en demandant de l'aide pour des choses dont vous n'êtes pas expert, comme le recrutement des premiers collaborateurs clés pour nous, vous pourrez finalement apprendre que la réussite du projet n'est pas simplement une idée, c'est la réalisation et encore plus l'équipe qui est derrière.

Vos premiers "clients", ce sont vos premiers employés. Vous devez leur apprendre à vous faire confiance, à propager la bonne parole et à adhérer sans réserve au concept. Voyageant de rencontres en rencontres, nos premiers "believers" ont rejoint la société, presque un an après la première mise sur papier du concept, et l'aventure commerciale pouvait commencer!

Sébastien
Copyright © Freedelity SA, tous droits réservés